Blog d’Anneliese Tschenett

Quand nos démons les plus profonds remontent en surface

Déc 31, 2021 | Général | 3 commentaires

Bonjour,

Cette fois-ci, j’aimerais vous partager une expérience personnelle.

Connaissez-vous cela vous aussi ? Vous pensiez avoir résolu une thématique une fois pour toute, et puis, une circonstance extérieure appuie sur un bouton, et voilà que cette thématique liée à des blessures ou croyances revient pour vous pourrir la vie.
Me concernant c’était récemment le cas, de vieux démons se sont réveillés à nouveau.


Comme je suis consciente que je crée ma réalité à travers mes croyances et sentiments, c’est d’autant plus embarrassant.

Mais cette fois-ci, j’ai essayé de ne pas me laisser tirer par le bas dans cette spirale négative. J’ai décidé d’être spectatrice de mon propre film intérieur, de ces croyances qui tournent en boucle pour me raconter une histoire : l’histoire de mon drame. D’abord, je me suis dit ok : mes démons, mes ombres, vous êtes là à nouveau, je vous accueille pleinement. Puis j’ai observé comment mes pensées déclenchaient des émotions douloureuses. Je les ai accueillies avec compassion pour moi-même.

J’ai aussi pu sentir mon attachement à cette souffrance, même si les événements liés sont déjà depuis longtemps prescrits. Comme si mon corps était encore accro aux neurotransmetteurs (substances chimiques secrétées par le cerveau) engendrés par cette souffrance.

C’était très intéressant à observer. Dans cet état à la fois dedans et en même temps en tant que spectatrice, j’ai pu alors me dire : est-ce que je veux y rester ou non dans ce film intérieur ? Est-ce que je veux nourrir encore et encore mes démons ? Cela a duré un moment, mais ensuite, un lâcher-prise s’est installé. J’étais contente, car j’ai fait un pas de plus dans mon rôle d’observatrice, et je vais continuer sur ce chemin, afin de dissoudre complètement l’addiction à cette souffrance.

Peut-être que prendre le rôle de l’observateur est quelque chose qui peut vous aider vous aussi à transformer peu à peu votre souffrance intérieure.

Bien à vous,

Anneliese

3 Commentaires

  1. Patricia Semon

    🌟🌈💖

    Oui ! L’ombre ne se montre pas pour nous nuir… elle est là pour nous rappeler qu’elle n’est que projection sur un autre plan d’une lumière ! Elle nous invite à l’accueillir pour con-naitre la rencontre fabuleuse dans le présent 🎁 😉 de l’espace/temps que nous percevons séparés. Temps/ombre
    Espace/lumière conscience/présent tout est UN dans l’Amour accueilli, transmute et crée dans le Cœur 💓
    Bonne année à toi Annelise et à tous ceux que ton 💖 aime !
    Je suis très intéressée par la rencontre du printemps avec le couple ! Au plaisir !
    Patricia

    Réponse
  2. Geneviève RIVAS

    Bonsoir Anneliese
    me voiçi enfin arrivée sur ton mail, de nombreuses peripeties en ont été la cause, rien de mal : une grosse grippe associée à un profond travail ( moi aussi ) sur mes ombres ressorties brutalement et sans crier gare !
    Oui merci de ton témoignage, il est étonnant de constater combien en ces temps si particuliers nous vivons tous et toutes des aventures interieures au même visage !
    j’en profite pour te dire que je pense avoir fait ma dernière séance ? alors si tu as un moment pour me confirmer je t’en remercie vivement
    Mille merci pour ce merveilleux travail que tu accomplis et partage aussi avec nous
    Tous mes Voeux pour une année 2022 pleine de promesses inouïes, de richesses imprévues … et de montagnes russes
    avec tout mon amour

    Réponse
  3. catherine jacquet

    bon soir Anneliese , merci infiniment pour ton oeuvre, j’aime ton témoignage même si tu narres en restant dans l’abstrait ,j’aurai mieux assimiler à partir d’une explication objective . maintenant cela résonne en moi et m’aide à m’accueillir dans mes ombres , merci dommage que tu demeures loin ,un jour nous retrouverons. je t’embrasse , salue Guillaume. A bientôt.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Profil Facebook

Duchnapur : Réconciliation, libération, renouveau avec Anneliese Tschenett